Insérer une machine dans la base JeDDLaJ

vendredi 26 mars 2004
par  G a.k.a Gérard Milhaud
popularité : 25%

Avant de pouvoir ajouter/supprimer des logiciels d’un clic sur une machine, il faut que ladite machine soit connue de JeDDLaJ...

Insertion des enregistrements DNS et DHCP

Afin que la machine puisse se rentrer dans la base MySQL, il faut que certaines informations préexistent au premier boot :

- la machine doit être correctement rentrée dans le DNS, car le nom DNS est une clé primaire dans la table ordinateurs de la base MySQL,
- la machine doit être correctement rentrée dans le DHCP, dans une entrée statique afin que son nom DNS ne varie jamais d’un boot sur l’autre.

Détection et insertion dans la base MySQL automatiques

Ca, c’est facile. Connectez la machine aux réseaux IP et électrique, puis bootez-la.

JeDDLaJ va détecter qu’elle n’est pas présente dans la base MySQL et donc lancer le script de détection. La machine va afficher le logo JeDDLaJ puis s’éteindre rapidement.

Elle est alors rentrée dans la base, avec détection de tous ses composants. On peut le vérifier par le menu Examiner Machine de l’interface, ou si l’on aime explorer les DB à la maine, par le menu Consulter la base JeDDLaJ.

Configuration de la machine

Dans l’interface web, choisissez Modifier Machine et configurez la machine selon vos désirs :

- modifications éventuelles du nom NetBios (si non rentré, JeDDLaJ mettra le nom DNS tronqué au premier dot), du numéro de série, de l’affiliation Windows et du nom de l’affiliation,
- choix d’une schéma de partitionnement. Quelques précisions à ce sujet, car l’interface de partitionnement n’est pas totalement aboutie :

  1. par convention, si le nombre de partitions est inférieur ou égal à 4, ce sont des partitions primaires qui sont créées. Au delà de 4, ce sont des lecteurs logiques de la partitions étendue qui est créé après les 3 premières primaires,
  2. si on modifie le schéma de partitionnement, on doit repartir de 0 et tout ressaisir (si quelqu’un a un peu de temps pour affiner ça, c’est volontiers...)
  3. ne pas oublier de laisser de la place en fin de disque pour le cache REMBO (la taille du disque vous sera rappelée à l’écran)
  4. enfin, cocher la case système seulement pour les partitions concernées lors des réinstallations/synchronisations de la machine. Typiquement, les partitions où sont installés l’OS et les applications devraient être étiquetées système alors que les partitions destinées à recevoir des données utilisateurs évoluant dans le temps (donc non stockées dans l’image REMBO) et que l’on désire conserver (par exemple une partition de partage pour un groupe d’utilisateurs, un espace de stockage réservé pour le déchargement de données d’un logiciel, etc.) NE DOIVENT PAS être étiquetées système sous peine de perte de ces données lors de la réinstallation/synchronisation. Enfin, les partitions de swap n’ayant aucun intérêt à être considérées par les reinstallations/synchrosations, JeDDLaJ positionnera automatiquement l’attribut système à non.
    - l’insérer éventuellement dans un groupe. Mais pour cela, il faut bien sûr avoir auparavant créé un ou plusieurs groupes...

Brèves

12 février 2009 - JeDDLaJ passe sur SourceSup à partir de la version 1.6IBE+

La communauté JeDDLaJ manquait jusqu’alors cruellement de certains services et moyens de (...)

12 février 2009 - 11/2/2009 : La version 1.6 IBE+ est disponible !!!

Ça y est. Après tant de mois (18 à peu près...) de gestation, d’hésitations, de :wq et autres (...)

12 février 2009 - JeDDLaJ gagne le concours DEVA => nouvelles fonctionnalités pour vous !!!

JOIE !!! BONHEUR !!! FIERTÉ !!!
JeDDLaJ remporte le concours DEVA (DEVeloppements (...)

9 juillet 2007 - Précision importante sur la compatibilité MySQL 5 de JeDDLaJ 1.4IBE

Dans le cas d’un serveur Rembo sous Windows, 2 moyens pour pouvoir utiliser MySQL 5 :
soit (le (...)

9 juillet 2007 - Déjà le SP1 pour JeDDLaJ 1.4IBE : désormais TPMfOSd-ready !!!

Description
Ce service pack n’apporte principalement qu’une amélioration... mais de taille... (...)